[Focus sur un éditeur] La collection Une Heure-Lumière chez Le Bélial’

Bonjour à tous,

Je vous propose aujourd’hui un aperçu de la collection Une Heure-Lumière lancée en 2016 par les éditions Le Bélial’. L’idée est de mettre à l’honneur des textes courts de science-fiction qui font voyager et nous émerveillent.


Les auteurs publiés sont anglophones ou francophones, nombre d’entre eux ont reçu de prestigieux prix littéraires (Locus, Hugo, Nebula…), et ils nous livrent des récits cybernétiques, horrifiques, métaphysiques ou encore merveilleux en moins de 200 pages.

La collection compte actuellement 28 textes et tous sont mis en valeur par les magnifiques illustrations d’Aurélien Police. La maquette de ces petits ouvrages a le don de m’attirer à chaque fois !

Grâce au #petitmoispetiteslectures et grâce à Marjorie de la box Exploratology, qui a mis dans ma boîte aux lettres l’incroyable « Homme qui mit fin à l’histoire » en 2017, j’ai eu l’occasion de lire six novellas de cette collection.

On ne va pas se mentir : je n’ai pas tout aimé.  Certains de ces textes font partie des meilleurs romans que j’aie lu, d’autres m’ont plu mais sans plus, d’autres encore n’étaient tout simplement pas faits pour moi. Mais le travail éditorial est d’une grande qualité, et je vous invite à vous plonger dans ces pages.

Voici mes découvertes, par ordre de lecture :

« L’homme qui mit fin à l’histoire« , Ken Liu (2011, VF 2016) : gros coup de cœur pour ce récit qui entremêle avec brio un pan méconnu de la Seconde Guerre mondiale et des réflexions sur le devoir de mémoire à travers l’un des thèmes clés de la SF : le voyage dans le temps.

« 24 vues du Mont Fuji, par Hokusai« , Roger Zelazny (1985, VF 2017) : un pèlerinage cyberpunk dans le Japon du maître des estampes qui avait tout pour me plaire. Malheureusement, je n’ai pas accroché avec cette histoire d’introspection où l’on reste en surface, et d’intelligences artificielles trop fantomatiques.

« Poumon vert« , Ian R. Macleod (2002, VF 2017) : un space-opera écoféministe initiatique qui m’a beaucoup plu pour son style et les thèmes traités, par contre j’ai ressenti comme un goût de trop peu. J’adore les textes courts, mais c’est le genre de nouvelle qui aurait mérité 200 pages de plus.

« Les meurtres de Molly Southbourne » (2017, VF 2019) : un roman d’horreur qui me convainc que ce genre littéraire n’est pas fait pour moi. Pourtant, la thématique du double me plaît ; c’est prenant, intriguant, immersif, mais finalement, après ma lecture, j’ai l’impression de n’en avoir rien retiré.


« Un pont sur la brume« , Kij Johnson (2011, VF 2016, lu dans le cadre du #prixdesjeuneslibraires ) : c’est avant tout l’humain qui est au centre de cette magnifique novella, récit d’une société qui se transforme. Onirique, réaliste et poétique, elle a eu sur moi un effet extrêmement apaisant. J’ai vécu au rythme des rencontres, des doutes et des victoires qui ont jalonné l’avancée de cet ambitieux chantier. Un texte ni trop long ni trop court dont l’ambiance m’a tout simplement charmée. Coup de cœur !


« La fontaine des âges« , Nancy Kress (2007, VF 2021) : un roman qui porte une réflexion sur la quête d’immortalité et les inégalités sociales face au progrès. Ce fut un agréable moment de lecture : j’apprécie le ton de Nancy Kress, les thèmes qu’elle aborde, mais émotionnellement (comme lors de ma lecture de « L’une rêve, l’autre pas ») j’ai eu la sensation qu’elle n’avait pas su m’embarquer dans son récit. Une question de sensibilité personnelle.

Connaissez-vous cette collection ?

Quels textes vous ont marqués ?

En savoir plus ?

Rendez-vous sur le site de l’éditeur

– Suivre l’illustrateur sur Instagram

[Vos voyages en livres] Escapades en Amérique

Bonjour à tous ! 🙂

Aujourd’hui, on embarque pour le quatrième post récapitulatif de mon défi #juilletjevoyageenlivres. Le but de ce parcours, lancé sur Instagram, était de proposer de multiples idées de lectures pour voyager à travers la littérature. J’ai donc fait appel à des blogueurs littéraires et bookstagrammeurs pour qu’ils nous recommandent leurs coups de cœur par pays, en mettant en avant le lieu dans lequel se déroule le récit et pas la nationalité de l’auteur.

L’occasion aussi de parler, sur la blogosphère, de livres plus anciens, de coups de cœur de notre jeunesse, et pas uniquement des romans les plus récents.

N’hésitez pas à aller lire l’article introductif pour tout savoir sur ce projet.
Ci-dessous, vous trouverez :
– la liste de vos recommandations pour des escapades littéraires en Amérique, classées par régions puis par ordre alphabétique de pays ;
– la liste des articles par continents Lire la suite

[Avis lecture] Dystopies classiques nord-américaines

Bonjour à tous !

Aujourd’hui on va parler d’un genre littéraire qui fait fureur depuis quelques années et que j’aime tout particulièrement pour les réflexions qu’il suscite et pour l’imagination dont font preuve ses auteurs. C’est un genre qui fait partie des littératures de l’imaginaire, un sous-genre de la science-fiction, j’ai nommé : la dystopie.

J’ai lu récemment trois grands classiques du genre, écrits par des auteurs Nord-américains (USA, Canada), et je vous en donne mon avis dans cet article après vous avoir rappelé brièvement le concept de dystopie et vous avoir parlé de mes premières rencontres avec ce genre littéraire.

Dans cet article :

Le Passeur, Lois Lowry, 1993, 💚💚💚💚
Fahrenheit 451, Ray Bradbury, 1953, 💙💙💙
La servante écarlate, Margaret Atwood, 1985, 💜💜💜💜💜

Lire la suite

[Avis lecture] Je découvre Stephen King !

Bonjour à tous ! 🙂

Aujourd’hui on inaugure une nouvelle catégorie d’articles qui se centre non pas sur un thème mais sur un auteur. En effet, je me suis rendu compte que je n’avais pas vraiment d’écrivain favori car j’aime tellement découvrir de nouveaux genres et de nouveaux pays que je lis rarement plusieurs livres d’un même auteur (en dehors des séries évidemment). Et c’est bien dommage ! En 2018, j’ai donc décidé de m’autoriser à lire des oeuvres d’écrivains dont j’aime la plume. Depuis le début de l’année, j’ai ainsi redécouvert Philippe Claudel et Aki Shimazaki. Ces nouveaux articles auront donc pour but, soit de vous faire découvrir des auteurs méconnus, soit de vous parler des écrivains que j’aime, soit de vous donner mon ressenti sur les best-sellers de figures emblématiques du paysage littéraire contemporain comme ça sera le cas dans cet article.

Dans cet article :

La ligne verte, Stephen King (1996), 509 pages, 💚💚💚💚
Shining, l’enfant lumière, Stephen King (1977), 572 pages, 💚💚💚💚
(même note globale, mais petite préférence pour le premier) Lire la suite

[Top Ten Tuesday] Les 10 livres que vous avez lus pour l’école et que vous avez adorés

Bonjour à tous ! 🙂

Aujourd’hui, le célèbre Top Ten Tuesday nous propose tout simplement un thème libre : « vous nous parlez du TOP 10 de votre choix ». J’ai donc décidé d’aller piocher parmi les anciens thèmes et d’en choisir un qui m’inspirait. Ce mardi, nous allons donc parler de mes coups de cœurs issus de lectures obligatoires.

Thème de la semaine du 6 février 2018

Top Ten Tuesday LIBRE (vous nous parlez du TOP 10 de votre choix)

Lire la suite

[Une chambre à nous] Destins de femmes fortes et inspirantes dans des romans historiques

Bonjour à tous,

Après une longue période sans connexion (ou presque) à internet, due d’abord à un voyage et ensuite à un déménagement, me voici de retour avec une série d’articles regroupant, toujours de façon thématique, mes dernières lectures et mes récentes participations à divers challenges et clubs de lecture.

L’heure est venue de faire le bilan de la session d’août-septembre du club de lecture féministe Une chambre à nous. Les livres sélectionnées en cette fin d’été étaient des romans historiques d’environ 500 pages inspirés de faits réels, relatant le destin de femmes fortes et inspirantes, écrits par deux autrices qui ne m’étaient pas inconnues. D’ailleurs, j’avais déjà lu l’un d’entre eux et ça me permet à nouveau de mettre en parallèle sur ce blog mes récentes découvertes littéraires avec des lectures plus anciennes.

Dans cet article

La part des flammes, Gaëlle Nohant, 545 pages, 💜💜💜💜💜
Prodigieuses créatures, Tracy Chevalier, 413 pages, 💚💚💚💚
Lire la suite

[Avis lecture] Amérindiens et pionniers dans les grandes plaines de l’ouest américain

Bonjour à tous ! 🙂

Me voici de retour pour une petite série d’articles qui présentent des livres très différents sur un même thème.

Au début du mois d’avril j’ai lu Gilead de Marilynne Robinson. Cette lecture m’a donné envie de lire d’autres livres sur l’Amérique des pionniers, ces ouvrages qui nous emmènent dans les grandes plaines de l’ouest et nous font partir à la rencontre des amérindiens, aussi bien aux USA qu’au Canada. C’est un thème assez vaste qui vous évoquera peut-être des personnages célèbres comme Buffalo Bill, Calamity Jane, Sitting Bull ou encore Laura Ingalls. On est donc vraiment dans des lectures qui retracent l’histoire de la construction des États-Unis en évoquant la conquête de l’Ouest, la guerre de Sécession, les guerres indiennes et les nombreux conflits qui opposèrent les pionniers aux mexicains. Mais au-delà de ces guerres dont l’issue à donné naissance aux USA tels qu’on les connaît aujourd’hui, ces histoires sont aussi le lieu où l’on découvre la constructions de petites villes qui deviendront grandes, la tentative de compréhension du mode de vie des peuples autochtones, la vie en communauté et l’homme face à une nature parfois particulièrement hostile entre plaines arides et domestication de chevaux sauvages.

Dans cet article, je vous présente deux romans lus en avril et mai 2017 ainsi qu’une petite sélection d’œuvres ayant marqué ma jeunesse.

Dans cet article :

Lire la suite