[Coups de cœur] Récits japonais poétiques et contemplatifs en moins de 200 pages

Bonjour à tous,

Aujourd’hui je vous présente des récits d’une grande poésie, marqués par la sagesse et la philosophie orientale (en particulier japonaise). J’ai réuni ici cinq romans symboliques, épurés, raffinés, contemplatifs et méditatifs, qui réussissent à nous faire réfléchir et à nous émouvoir en moins de 200 pages. Souvent proches de la forme du conte, ils sont structurés comme des récits initiatiques, que ce soit l’initiation par le déracinement, le voyage, l’amour ou l’apprentissage d’un art.

Autre point commun : la plupart de ces romans d’inspiration japonaise ont été écrits en français (sauf Soie) par des auteurs européens (sauf pour Aki Shimazaki, japonaise qui réside au Québec).

Si vous avez aimé l’un de ces textes, je peux vous assurer que les quatre autres sauront vous séduire de la même façon par leur écriture raffinée et leurs récits contemplatifs. Si vous n’en connaissez aucun, laissez vous tenter par ces petits bijoux.

Dans cet article :

Monsieur Origami, Jean-Marc Ceci (2016), 153 pages, 💜💜💜💜💜
Soie, Alessandro Baricco (1996), 142 pages, 💚💚💚💚
La petite fille de Monsieur Linh (2005), 184 pages, Philippe Claudel, 💜💜💜💜💜
Le poids des secrets, Aki Shimazaki (entre 1999 et 2004), 5 tomes, 💜💜💜💜💜
Neige, Maxence Fermine, éd. Arléa/Points (1999), 96 pages, 💚💚💚💚 Lire la suite

Publicités

[Avis lecture] Escapades au Japon en moins de 200 pages

Bonjour à tous ! 🙂

Je ne sais pas exactement comment cela s’est produit mais, bien que mon défi de février aux romans de moins de 200 pages ait été terminé, se sont retrouvés, dans la PAL que je me suis concoctée pour le mois de mars, plusieurs livres répondant également à ce critère. Cela m’arrangeait bien, en fait, car ça m’a permis de lire plein de livres différents en un mois et d’ajouter une catégorie « moins de 200 pages » à ce blog. J’ai donc décidé de les regrouper dans ce dernier article sur le thème du Japon qui, j’espère, vous plaira.

Dans cet article, je vous présente :

Lire la suite