[Avis lecture – Romans] Histoires d’amour, de folie et de mort en moins de 200 pages

Salut tout le monde ! 🙂

Aujourd’hui on va parler de romans qui évoquent la folie de façon plus ou moins autobiographique. Le titre de cet article reprend celui d’un recueil de nouvelles de l’uruguayen Horacio Quiroga, Contes d’amour, de folie et de mort (publié en 1917 et dont je vous ai déjà parlé dans cet article). Je l’ai choisi car, parmi les romans que j’ai lus récemment, deux évoquaient autant la folie que l’amour. Ils auraient pu se classer dans la catégorie « romance » mais c’est le thème de la folie qui m’a le plus marquée durant ces lectures. J’ai donc décidé d’en faire un article et d’y ajouter pour vous des lectures scolaires sur le même thème qui m’avaient particulièrement plu. Car parler de folie, c’est une jolie façon d’aborder des thèmes universels comme les conventions sociales, les rapports humains, la solitude ou encore les relations familiales conflictuelles.

Dans cet article :

En attendant Bojangles, Olivier Bourdeaut (2016), 172 pages, 💚💚💚💚
L’amant, Marguerite Duras (1984), 142 pages, 😕💛
Le Perce-oreille du Luxembourg, André Baillon (1928), 195 pages, 💚💚💚💚
Lire la suite

Publicités

[Challenge] Bilan du Théâtrathon

Bonjour à tous ! 🙂

Aujourd’hui je vous présente le Théâtrathon, un marathon de lecture organisé par la booktubeuse Tête de Litote. Le principe est simple : il s’agit de lire (ou de relire) des pièces de théâtre, qu’elles soient classiques ou contemporaines, pendant une semaine. Il n’y a pas de contrainte de nombre de pièces ou de nombre de pages : c’est un défi personnel et totalement libre, qui permet de faire un petit focus sur ce genre littéraire et de partager nos conseils, avis et découvertes sur les blogs et réseaux sociaux.

Le seul point commun des livres dont je vais vous parler dans cet article est donc qu’il s’agit de pièces que j’avais envie de lire.

Dans cet article :

La Contrebasse de Patrick Süskind (1984), monologue de 92 pages, 💙💙💙
Djihad d’Ismaël Saïdi (2015), pièce de 61 pages, 💜💜💜💜💜
Les mouches de Jean-Paul Sartre (1943), drame en trois actes, 146 pages, 💙💙💙
En attendant Godot de Samuel Beckett (1952), pièce de 124 pages, 💙💙💙
Art, Yasmina Reza (1994), pièce de 121 pages, 💜💜💜💜💜
Lire la suite