[Rien de tel que de partager sa passion] Comment les réseaux sociaux m’ont redonné le goût de la lecture

Bonjour à tous ! 🙂

Vous souvenez-vous de cet article, publié en français sur Slate et tiré d’un post du site Quartz (en anglais), qui insinuait que nous pourrions lire 200 livres par an si nous ne passions pas notre temps sur les réseaux sociaux ?

Personnellement, c’est, au contraire, en découvrant booktube, les blogs littéraires et les bibliothèques virtuelles que j’ai retrouvé l’envie de lire pour mon plaisir. Alors j’ai eu envie de vous partager mon expérience en vous donnant d’abord mon ressenti sur ce qu’affirme cet article et en vous parlant ensuite de mon rapport aux réseaux sociaux littéraires.

L’article en français : 
http://www.slate.fr/story/135980/lire-200-livres-an
L’article en anglais (bien plus détaillé) : 
https://qz.com/895101/in-the-time-you-spend-on-social-media-each-year-you-could-read-200-books/

Pour vous résumer brièvement son contenu, l’article en question nous enjoint à lire plus, car un livre pourrait changer notre vie et que la lecture serait le secret de la réussite. Il aborde surtout la lecture d’essais (ou de livres de développement personnel) sans pour autant mettre de côté la fiction. Après quelques calculs impliquant temps de lecture et nombre de pages par jour, il évoque quelques conseils, comme le fait de se tenir loin de toute distractions, ce qui est sans doute difficile lorsque les réseaux sociaux sont en permanence à portée de main.

Il avait provoqué de vives réactions, mais la plupart étaient dues à cette tendance à ne lire que le titre d’un article (« Le temps que vous passez sur les réseaux sociaux vous empêche de lire 200 livres par an « ) et non son intégralité avant de le commenter et ne concernaient pas le contenu réel de cet article.

Je vais faire un peu pareil, car je me base surtout sur l’affirmation que les réseaux sociaux auraient le mauvais rôle dans notre rapport actuel à la lecture, mais je vais aussi décrypter quelques points, puis prendre cette réflexion comme prétexte pour vous parler de mon expérience de grande lectrice accro aux réseaux sociaux.

Tout d’abord, il me semble évident qu’il est impossible de ne faire que lire. Ce n’est pas parce qu’on a le temps de lire que l’on va se consacrer à la lecture. Il est important de varier les activités. Ainsi, je pense que le temps dégagé par une diminution de sa fréquentation des réseaux sociaux pourra être utilisé pour la pratique d’un sport ou d’une activité artistique qui sauront être tout aussi bénéfiques que la lecture.

Pour moi, ces calculs qui nous échangent un nombre d’heure passées sur les réseaux sociaux (ou devant la TV) contre un nombre de livres lus, prenant en compte une vitesse de lecture moyenne et aboutissant à un nombre (200 livres par an) que même une lectrice assidue ne perdant pas son temps sur les réseaux sociaux n’atteint pas (je pense à ma mère), ne sont rien d’autre que des chiffres culpabilisants (notamment concernant la vitesse de lecture de chacun) et donc inefficaces.

De plus, lire un livre, c’est bien, mais il faut aussi savoir en faire quelque chose. Une lecture nous marque, une lecture nous questionne, une lecture nous fait réagir. Je suis d’accord avec le fait qu’un livre peut changer notre vie, mais le temps passé à ne pas lire n’est pas pour autant du temps perdu. Il peut être passé à réfléchir sur nous-même, à créer à partir d’idées qui nous sont venues en lisant, à partager des citations qui nous ont marquées, à échanger nos points de vues avec d’autres personnes ayant lu la même œuvre, à s’informer au sujet d’un livre que l’on souhaite lire ou qu’on a déjà lu, à découvrir le parcours d’un auteur, à conseiller un livre à nos proches, à choisir notre prochaine lecture, etc. Et certaines de ces activités liées à la lecture peuvent passer par les réseaux sociaux.

Enfin, je pense qu’engloutir 200 livres par an est absolument inutile si on lit des livres qui nous ennuient, qui ne nous apprennent rien, qui nous déçoivent, qui nous abrutissent, qui manquent de qualité. Du coup, au lieu de perdre du temps à lire un mauvais livre, je préfère passer des heures à me renseigner sur le prochain bon livre que je vais découvrir. Et ça fonctionne : depuis que je prends le temps de lire / écouter régulièrement des critiques littéraires et que je me renseigne sur des lignes éditoriales, je suis rarement déçue par un livre !

Mes meilleures lectures de 2017 (Instagram @riendetelque)

C’est en 2015 que j’ai commencé à découvrir le monde des lecteurs passionnés sur les réseaux sociaux. Au fil de mes pérégrinations sur le net, j’ai connu d’abord la blogosphère littéraire, puis booktube (vidéos postées sur YouTube qui parlent de livres), les bibliothèques virtuelles (Booknode, Livraddict, Babelio, Goodreads) et leurs forums dédiés, les challenges livresques, bookstagram (comptes Instagram dédiés à la lecture), les clubs de lecture en ligne et enfin les groupes Facebook dédiés à la littérature. Tous ces sites et réseaux sociaux ont pour objectif le partage autour d’une passion commune, celle de la lecture. Grâce à cette communauté dynamique, j’ai augmenté significativement mon nombre de livres lus par an.

Pour vous donner un exemple, en janvier 2017, j’ai participé pour la première fois à un challenge intitulé Week-end à 1000, qui consiste à lire 1000 pages entre le vendredi 19h et le dimanche 23h59. Lancé il y a quelques années par la blogueuse Lili Bouquine, il a lieu une fois par trimestre et invite tout le monde à consacrer un week-end à la lecture. Bilan: 952 pages de romans et BD en deux jours et demi. Sans ce challenge, organisé sur les réseaux sociaux, je n’aurais jamais lu 3 livres et demi en un week-end (sachant que ma moyenne de 2016 était de 3 livres par mois). Ce fut éreintant, mais aussi grandement satisfaisant. Je ne me croyais pas capable de le faire. Sans la communauté de lecteurs regroupés sur Facebook, je ne me serais jamais lancé un objectif pareil. Ce Week-end à 1000, ainsi que ma participation au Challenge Cold Winter en décembre 2016, furent mes premières expériences positives vis-à-vis de la lecture et des réseaux sociaux.

Week-end à 1000

Des challenges littéraires, il en existe désormais des centaines. Certains durent quelques jours, d’autre se déroulent sur un mois, d’autre encore sur une année, et tous sont organisés sur les réseaux sociaux, des blogs ou des forums. Pour vous donner quelques exemples : le challenge Cold Winter, le Printemps de l’imaginaire francophone, le challenge ABC, le BDécouverte challenge, le défi Premier roman, Un classique par mois, 12 mois-12 amis-12 livres, le challenge des 5 continents, le challenge des sagas, Raconte moi l’Asie, Un genre par mois, Mars au féminin, le Pumpkin Autumn Challenge, le théâtrathon,… J’en ai moi-même créé un, le PrinTemps de Lire. 😉 Il existe aussi de nombreux clubs de lecture qui, grâce à internet, rassemblent des gens de tous les pays autour de lectures communes.

Pour ma part, c’est surtout le fait de me lancer des objectifs pour chaque mois (ainsi qu’un défi global pour l’année) et de participer à des challenges collectifs qui m’a redonné le goût de la lecture et, surtout, qui m’a motivée à lire plus.

Mes lectures au fil des années
2014 : 12 livres lus
2015 : 29 livres lus
2016 : 39 livres lus
2017 : 115 livres lus

Évidemment, il m’a fallu du temps pour dénicher les bons sites et les bonnes personnes à suivre, ceux avec lesquels j’avais le plus d’affinités. Je pense que le temps « perdu » sur les réseaux sociaux est parfois un investissement. Après de nombreux tâtonnements, j’y ai croisé des personnes adorables, généreuses et inspirantes qui partagent leurs lectures avec passion. Désormais, j’échange quotidiennement avec des lecteurs des quatre coins de la francophonie. Et je ne peux plus m’en passer !

C’est aussi grâce aux réseaux sociaux que j’ai découvert la box Exploratology, dont je vous parlais dans un précédent article, et qui a ouvert pour moi de nouveaux horizons littéraires.

Me lancer des objectifs, préparer une pile à lire pour chaque période de l’année, entendre parler de nouveaux livres, auteurs, librairies ou maisons d’éditions, gérer mes nouvelles acquisitions, savoir en deux clics quels livres je possède, échanger des avis et des conseils de lecture avec d’autres passionnés, trouver des idées de cadeaux, faire des lectures communes avec des inconnus, envoyer des colis remplis de livres et en recevoir en retour, découvrir une multitude d’avis sur un même livre,… tout ceci n’aurait jamais été possible sans les réseaux sociaux littéraires.

Bien entendu, la tendance à scroller son fil d’actualité ou à enchaîner les vidéos de chats mignons sur Youtube peut être une grande source de déconcentration, et cela peut nous faire perdre un temps précieux, que nous pourrions accorder, si nous le souhaitons, à la lecture, mais il ne faut pas oublier que sur YouTube, Facebook, Instagram, Twitter, les blogs et à la TV, il existe des personnes qui recommandent des romans de qualité, qui parlent de livres avec passion, qui organisent des challenges, qui promeuvent des livres/auteurs/éditeurs méconnus, et qui ont su me redonner le goût de la lecture. Alors je ne regrette absolument pas le temps passé sur ces plateformes d’échange, et je compte bien continuer.

Je vous laisse avec un top 5 des livres lus grâce aux réseaux sociaux ainsi que quelques liens vers ces personnes et ces plateformes dont j’ai parlé tout au long de l’article.

J’espère que cet article vous a plu et vous aura permis
de découvrir des aspects positifs des réseaux sociaux.
🙂

Top 5 des livres lus grâce aux réseaux sociaux

1. La Passe-miroir de Christelle Dabos
2. La part des flammes de Gaëlle Nohant
3. En attendant Bojangles d'Olivier Bourdeaut
4. Dans les forêts de Sibérie de Sylvain Tesson
5. Une braise sous la cendre de Sabaa Tahir

Quelques liens vers l’internet littéraire

Sur YouTube
Margaud Liseuse, Lemon June, Piko Books, Ginger Force, 
Bulledop, Croque Les Mots, Sophie M, Lili bouquine, 
Les carnets d'Opalyne, Le terrier de Guimause, 
Lunatrix Lovestrange, La Brigade du Livre, Le Souffle des Mots, 
Le Bal des Livres Fous, Pinupapple & Books,
Sur Instagram
- Des comptes à suivre:
@lelivrarium @liliesichouette @ledevorateur @cleopineapple
@sosos_moods_books_and_more @littleprettybooks @mademoisellelit
@abracadabooks @ivre_de_livres @livres_a_lire @agathe.the.book
@hopsouslacouette @moonpalaace @1i1ie_livres @pluume_lectures
@danslejeudumonde @confidences_litteraires @cetaitpourlire
@cherlecteurvirgule @dosamuse @petite_lectrice @les.petites.lectures
@bookilivre @lucie_du_doubs
- Des hashtag à découvrir:
#bookstagram #instabook #instalivre #livraddict #instabd #avislecture
Réseaux sociaux littéraires et forums
Livraddict, Booknode, Babelio, Goodreads
Groupes Facebook et clubs de lecture
#clublectureMS, Une chambre à nous, Livre à vous, Défi lecture 2018

Quelques sites inspirants
Le fil rouge, Le blog d'Exploratology, Monde Fantasy, Page42,

Retrouvez moi sur les réseaux sociaux

Facebook : Rien de tel que
Instagram : @riendetelque
Livraddict : Ennayro
Booknode : Ennayro 
Hellocoton : Rien de tel que

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Publicités

4 réflexions au sujet de « [Rien de tel que de partager sa passion] Comment les réseaux sociaux m’ont redonné le goût de la lecture »

  1. J’aime beaucoup ton article, il est super intéressant et très vrai ! J’ai découvert énormément de livres grâce aux réseaux sociaux dont je n’aurai jamais entendu parler sans ça. Je pense que les deux se complètent et que, comme pour tout, il faut savoir se modérer.

    Aimé par 1 personne

  2. J’aime beaucoup le concept : lire beaucoup oui … mais encore faut-il en faire quelque chose !
    Dévorer sans assimiler, sans digérer, sans intégrer ne sert pas à grand chose.
    Quel que soit notre capacité de lecture (lecture plus lente ou temps en moins ou envies différentes) ce qui importe c’est qu’une phrase marque, que des images restent, que grâce à un livre, une idée, des associations d’idées puissent jaillir. Que ça donne envie de faire un cadeau, que le livre ouvre des pistes neuves pour un travail, un élément professionnel, qu’il nourrisse sur le plan personnel … et c’est gagné !
    enirehtac

    Aimé par 1 personne

Rien de tel que de laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s