[Challenge Cold Winter] Escapades dans le grand Nord en moins de 200 pages

Bonjour à tous ! 🙂

Dans cet article, j’associe les bilans de deux challenges puisque je vous parle d’un livre de moins de 200 pages lu pendant le Challenge Cold Winter et d’un roman lu pendant le challenge de février Petit mois, petites lectures qui se déroule dans un pays nordique. Avec ces deux lectures, je vous emmène dans les îles du grand Nord, à la découverte du Groenland et de l’Islande. Ici on croise des fjords, des terres enneigées, des animaux et des hommes solitaires qui nous racontent des bribes de leur vie.

Dans cet article

🏔 La vierge froide et autres racontars, Jørn Riel, 158 pages (éd. 10/18), 💙💙💙
🏔 La lettre à Helga, Bergsveinn Birgisson, 125 pages (éd. Points), 💚💚💚💚

LÉGENDE

 Pas aimé 😕
 Bof 😕💛
 Pas mal 💛💛
 Bon livre 💙💙💙
 Très bon livre 💚💚💚💚
 Coup de cœur 💜💜💜💜💜

🏔 La vierge froide et autres racontars, Jørn Riel, 158 pages, 💙💙💙

Titre : La vierge froide et autres racontars
Auteur : Jørn Riel
Éditeur : Gaïa / 10/18
Date de publication : 1974 (VO), 1993 (VF)
Langue originale : danois (Danemark)
Genre : Nouvelles
Nombre de pages : 158
Date de lecture : décembre 2017
Mon avis : Bon livre, 3,5/5, 💙💙💙

Avant de lire ce livre reçu dans la box Exploratology, j’avais déjà fait la connaissance de Jørn Riel dans son court roman Le jour avant le lendemain, un récit lent, immersif et particulièrement émouvant dont le style se rapproche du nature writing. Ici, il nous présente un recueil de courts récits qu’il nomme « racontars ». Un racontar, selon Riel, « c’est une histoire vraie qui pourrait passer pour un mensonge. À moins que ce ne soit l’inverse ». La vierge froide et autres racontars est le premier tome d’une série de « Racontars arctiques », publiés en dix volumes entre 1974 et 1996.

Ce premier recueil comporte dix récits courts qui reprennent les mêmes personnages et les mêmes lieux. Il s’apparente donc à un court roman plein de mini anecdotes qui mettent en scène des trappeurs vivant au Groenland.

Je dois avouer que les deux premières nouvelles ne m’ont pas plus séduite que cela, donc j’avais un avis négatif au début de ma lecture. Mais au fil des récits j’ai ri, j’ai souri, j’ai finalement été emportée dans ce Groenland des années 50.

Extrêmement dépaysant, que ce soit du point de vue des paysages ou des modes de vie, on se retrouve à apprendre la vie à la dure, là où le quotidien est rythmé par les préoccupations suivantes : chasser, préparer à manger, se protéger du froid, boire beaucoup d’alcool, jouer aux cartes, bien dormir et aller dire bonjour aux amis. Ainsi, l’une des nouvelles tourne autour de funérailles, une autre autour du souvenir d’une séduisante jeune femme, deux d’entre elles abordent la relation privilégiée que développent un homme et un animal incongru dans ces terres arides… À travers ces pages, on fera la rencontre d’hommes solitaires mais aussi d’un coq, d’un cochon, de chiens ou encore d’ours.

Les notions universelles d’hospitalité et d’entraide sont au centre de ce récit. J’ai été amusée par la façon dont les hommes qui vivent au Groenland depuis longtemps accueillent les nouveaux venus, leur faisant découvrir, à leurs dépens parfois, la meilleure façon de vivre dans le grand Nord.

J’ai aimé la façon dont l’auteur raconte, avec amour et humour, ces petites histoires. C’est burlesque et décalé. Surprenant souvent, plein d’humanité toujours.

Comme dans tout recueil, certains récits nous séduisent plus que d’autres. Mes racontars préférés sont les suivants : Entrer dans l’HistoireLe tatoueurDe joyeuses funérailles et Une condition absolue.

Extrait de la nouvelle Entrer dans l’Histoire :
« Ceux d’en bas sont des pataugeurs et ils l’ont toujours été, dit-il. Ils doivent toujours arranger tellement de choses pour tous les autres qu’ils oublient complètement d’arranger les choses pour eux-mêmes. C’est ce qu’ils appellent la politique et beaucoup de gens vivent de ça. Et ils croient que toute cette politique peut écrire l’Histoire Universelle. Mais ils se gourent. Cette Histoire Universelle, ils devraient l’écrire sur du papier-cul pour qu’au moins ça puisse servir à quelque chose d’utile. »

🏔 La lettre à Helga, Bergsveinn Birgisson, 125 pages, 💚💚💚💚

Titre : La lettre à Helga
Auteur : Bergsveinn Birgisson
Éditeur : Zulma / Points
Date de publication : 2010 (VO), 2013 (VF)
Langue originale : islandais (Islande)
Genre : Roman épistolaire
Nombre de pages : 125
Date de lecture : février 2018
Mon avis : Très bon livre, 4/5, 💚💚💚💚

Un jour du printemps 2015, je me baladais en librairie lorsque mon regard fut attiré par ce court roman islandais. À cette époque je lisais peu de livres en-dehors de ceux qui m’étaient imposés par mes études, donc j’en achetais également très peu. Et, bien que j’aie été tentée par ce petit ouvrage, je suis ressortie de la librairie sans lui. Quelle ne fut pas ma surprise lorsque ma mère dégaina le fameux roman lors de son passage en caisse ! Comme cela nous arrive souvent, nous avions été attirées par le même livre. J’ai profité du challenge Petit mois petite lecture pour le lire en une après-midi.

Comme son titre l’indique, ce livre est une longue lettre : la touchante confession d’un éleveur de brebis islandais. S’adressant à la femme qu’il a aimée éperdument, le vieil homme fait le bilan de sa vie et nous livre ses réflexions sur l’existence, l’amour, le bonheur, les choix décisifs, la vie rurale, la fidélité, la solidarité, la rudesse de la vie, le travail, la fierté…

Les 125 pages se dégustent avec délice et il est impossible de lâcher le livre, au moins pendant le premier tiers. J’ai adoré découvrir l’Islande à travers cette histoire d’amour impossible. J’ai été séduite par les personnages, authentiques. Quelques minuscules passages m’ont fait décrocher par endroits mais j’ai aimé la plume de l’auteur, l’ambiance du roman et la sincérité qui s’en dégage. Je le recommande vivement !

Je pense que ce roman plaira à ceux qui ont adoré les Racontars de Jørn Riel car il comporte quelques savoureuses anecdotes du terroir nordique. Il saura aussi séduire les lecteurs de Gilead grâce à sa subtile introspection écrite par à homme à la fin de sa longue vie.

Incipit :
« Chère Helga,
Certains meurent de causes extérieures. D’autres meurent parce que la mort depuis longtemps soudée à leurs veines travaille en eux, de l’intérieur. Tous meurent. Chacun à sa façon. Certains tombent par terre au milieu d’une phrase. D’autres s’en vont paisiblement dans un songe. Est-ce que le rêve s’éteint alors, comme l’écran à la fin du film ? »

En espérant que cet article vous a plu,
je vous souhaite une belle semaine.
N’hésitez pas à découvrir mes autres lectures
du Challenge Cold Winter.
À bientôt 🙂

Mon bilan du Challenge Cold Winter 2017-2018
Escapades en Norvège 
Escapades dans les montagnes tibétaines
Récits imaginaires au cœur de l'hiver

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Publicités

6 réflexions au sujet de « [Challenge Cold Winter] Escapades dans le grand Nord en moins de 200 pages »

  1. Ping : [Pile à Lire] Rien de tel que de participer au Challenge Cold Winter | Rien de tel que…

  2. Ping : [Challenge Cold Winter] Escapades en Norvège | Rien de tel que…

  3. Ping : [Challenge Cold Winter] Escapades dans les montagnes tibétaines | Rien de tel que…

  4. Ping : [Challenge Cold Winter] Récits imaginaires au cœur de l’hiver | Rien de tel que…

  5. Ping : [Rien de tel que de recevoir des livres dans sa boîte aux lettres] Exploratology, la box qui a donné un nouveau souffle à mes lectures | Rien de tel que…

Rien de tel que de laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s