[Adaptation] En attendant Bojangles

« D’elle mon père disait qu’elle tutoyait les étoiles, ce qui me semblait étrange car elle vouvoyait tout le monde, y compris moi. »

Bonjour à tous ! 🙂

S’il y a un roman français qui a fait parler de lui en 2016, c’est bien En attendant Bojangles d’Olivier Bourdeaut. Je l’ai lu lors de sa sortie au format poche et quelques mois plus tard, j’ai découvert son adaptation en bande-dessinée. Dans cet article, je vous donne mon avis sur le roman, sur la bande-dessinée en tant qu’œuvre adaptée et je vous parle brièvement d’autres adaptations de ce superbe récit que l’on peut résumer en ces mots : amour, folie, poésie, fantaisie, extravagance, festif, loufoque, imprévisible, mélancolique et musical.

Dans cet article

RomanEn attendant Bojangles, Olivier Bourdeaut, éd. Finitude / Folio, janvier 2016, 172 pages, 💚💚💚💚
BDEn attendant Bojangles, Ingrid Chabbert et Carole Maurel (d’après le roman d’Olivier Bourdeaut), éd. Steinkis, novembre 2017, 💙💙💙
Pièce de théâtre : En attendant Bojangles, adapté et mis en scène par Victoire Berger-Perrin, avec Anne Charrier, Didier Brice et Victor Boulenger, 2017.
Film : prochainement
Chanson : Mr. Bojangles interprétée par Nina Simone.

LÉGENDE

 Pas aimé 😕
 Bof 😕💛
 Pas mal 💛💛
 Bon livre 💙💙💙
 Très bon livre 💚💚💚💚
 Coup de cœur 💜💜💜💜💜

Le roman : En attendant Bojangles, Olivier Bourdeaut, éd. Finitude / Folio, janvier 2016, 172 pages, 💚💚💚💚

Au-delà de l’ambiance générale, entre poésie et nostalgie, qui nous rappelle l’Écume des jours de Boris Vian et l’insouciance des années folles, c’est vraiment le style de l’auteur qui m’a séduite dans cette lecture. On découvre au fil des pages une plume magistrale et magnifique, inventive et malicieuse, qui nous emporte dans ses excentricités. Les mots sont choisis avec soin, précision et délicatesse, alternant entre le point de vue, naïf, de l’enfant, et celui, amoureux, du papa, pour nous présenter celle qu’ils aiment par-dessus tout, celle qui change de prénom chaque jour : la maman.

Malgré quelques longueurs, il s’agit d’un premier roman extrêmement maîtrisé, d’une grande subtilité émotionnelle. On notera par exemple le personnage de Mademoiselle Superfétatoire, la grue de compagnie qui, à elle seule, résume tout le génie de ce récit.

Vous trouverez mon avis complet dans cet article qui vous présente trois histoires d’amour, de folie et de mort en moins de 200 pages.

Extrait :
« Sur le mur était accroché un poster de Claude François en costume de pacotille, que Papa avait transformé en cible à fléchettes avec un compas, parce qu’il trouvait qu’il chantait comme une casserole, mais dieu merci, disait-il, EDF avait mis fin à tout ça, sans que je comprenne ni comment, ni pourquoi. Parfois, y avait pas à dire, il était dur à comprendre. »

La bande-dessinée : En attendant Bojangles, Ingrid Chabbert et Carole Maurel (d’après le roman d’Olivier Bourdeaut), éd. Steinkis, novembre 2017, 💙💙💙

Tout d’abord, il faut savoir que j’ai eu un peu de mal à comprendre la raison pour laquelle Ingrid Chabbert et Carole Maurel ont souhaité adapter cette oeuvre en bande-dessinée car, au-delà de l’histoire, c’est avant tout le style littéraire qui est intéressant dans ce roman.

D’ailleurs, j’ai trouvé qu’il n’y avait pas assez de texte dans la BD, la part belle étant faite aux illustrations et surtout aux couleurs, alors que j’aurais souhaité y voir plus d’extraits de la narration originale.

Néanmoins, malgré ces quelques réserves, j’ai trouvé que les deux autrices, Ingrid Chabbert au scénario et Carole Maurel au dessin, avaient fait un superbe travail d’adaptation.

L’ensemble est particulièrement poignant. Surtout la fin. Mais globalement l’émotion est partout, et elle est très bien retransmise. C’est un récit dont on ressort tout chamboulé.

J’ai réussi à retrouver l’ambiance générale du roman, sa folie, sa musique, son insouciance, ses va-et-vient entre gravité et légèreté, et tout l’amour que se portent les personnages. J’ai particulièrement aimé l’importance accordée aux détails dans les dessins, ces détails qui passeront inaperçus pour quelqu’un qui n’a pas lu le roman mais qui font plaisir au lecteur car ils lui rappellent des souvenirs (par exemple le poster de Claude François dans la chambre de l’enfant, le carrelage en damier, la pile de courrier dans le hall d’entrée, les plantes qui envahissent la maison).

Les couleurs de Carole Maurel sont sublimes : chatoyantes, vivantes, festives, elles s’emparent de nous pour nous faire voyager. On notera l’intelligence des références à la couverture originale du roman avec ces pois de style pop art rappelant les années 1960-1970. En dessin comme en chanson, on se retrouve ainsi propulsés dans une atmosphère un peu rétro. Le récit reste néanmoins très actuel.

Si le roman souffrait, à mon sens, de quelques longueurs, on ne s’ennuie pas une seconde à la lecture de la BD. Tous les évènements s’enchaînent très vite, ce qui apporte un certain rythme, un certain dynamisme à l’histoire, et intensifie l’émotion ressentie. C’est l’un des points forts de la bande-dessinée.

En bref, c’est une très belle adaptation, qui saura séduire les fans du roman. Je conseillerai néanmoins à ceux qui ne l’ont pas lu de s’y plonger avant de lire la BD, car les phrases y sont trop savoureuses pour être mises de côté.

« J’ignore par quelle magie noire elles sont parvenues à le faire, et je préfère ne pas le savoir. Le résultat est là : ce qui est occulté ne manque pas, ce qui est ajouté ne jure pas, bien au contraire, cela correspond aux couleurs et aux reliefs de mon imagination. » – Olivier Bourdeaut à propos de la BD

Au théâtre :

La pièce « En attendant Bojangles », adaptation et mise en scène par Victoire Berger-Perrin, a été présentée cet été dans le cadre du festival Off d’Avignon. Elle est interprétée par Anne Charrier, Didier Brice et Victor Boulenger. Elle est actuellement jouée à Paris au Théâtre de la Pépinière.

Extraits vidéo et réservations disponibles sur cette page.

« C’est particulier la vie quand même. Vous êtes tout seul dans une chambre, vous écrivez des bêtises, et quelques années plus tard il y a des gens qui reprennent vos âneries avec une mise en scène magnifique et des comédiens splendides. » – Olivier Bourdeaut à propos de la pièce

Au cinéma :

Une adaptation cinématographique est prévue. Le film sera réalisé par Régis Roinsard.

En chanson :

N’oubliez pas d’écouter la chanson qui a inspiré le titre du roman, Mr. Bojangles, interprétée par Nina Simone, chanson que les personnages passent en boucle sur leur gramophone.

« Je la trouvais belle, en partie joyeuse mais aussi très mélancolique. Et il y avait ces sentiments qui passent en cinq minutes. Et, comme dit l’enfant : elle est longue mais elle s’arrête toujours trop vite. » – Olivier Bourdeaut à propos de la chanson (source)

J’espère que ce premier article de la série Adaptations vous a plu.
On se retrouve très bientôt pour de nouveaux avis lecture. 🙂

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Publicités

4 réflexions au sujet de « [Adaptation] En attendant Bojangles »

  1. Je vais de ce pas … dans quelques jours, lire les deux, et je vais les enchainer l’un à la suite de l’autre, avis à suivre … et merci de donner le goût de ces lectures (que je n’aurais pas forcément choisies personnellement).
    enirehtac

    Aimé par 1 personne

  2. Ping : [Top Ten Tuesday] Les 10 livres que vous recommanderiez (spécial BD!) | Rien de tel que…

Rien de tel que de laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s