[Challenge Cold Winter] Escapades en Norvège

Bonjour à tous ! 🙂

Le Challenge Cold Winter est pour moi l’occasion de découvrir la littérature nordique. L’an dernier je me suis plongée dans un polar suédois et un récit danois ; cette année j’ai choisi de découvrir, entre autres, la Norvège.

J’ai eu la chance de visiter ce pays quand j’avais 14 ans. Je garde de beaux souvenirs de grands espaces, de lacs, d’églises en bois debout et de fjords. Et depuis tout ce temps, je n’avais encore jamais lu aucun auteur norvégien. C’est désormais chose faite. Dans ce premier article bilan du CCW 2017-2018, je vous emmène donc à la découverte de la littérature norvégienne avec deux romans. Le hasard a fait que mes deux premières lectures du pays des fjords sont des premiers tomes de saga et vous savez quoi ? Dans les deux cas j’ai adoré et j’ai hâte de lire la suite !

Un excellent bilan, donc, pour cette première partie du Challenge Cold Winter.

Dans cet article :

🎄 La terre des mensonges, tome 1, Anne B. Ragde, 351 pages, 💚💚💚💚
☃️ La société des jeunes pianistes, Ketil Bjørnstad, 443 pages, 💚💚💚💚

LÉGENDE
 Pas aimé 😕
 Bof 😕💛
 Pas mal 💛💛
 Bon livre 💙💙💙
 Très bon livre 💚💚💚💚
 Coup de cœur 💜💜💜💜💜

🎄 La terre des mensonges, tome 1, Anne B. Ragde, 351 pages, 💚💚💚💚

Titre : La terre des mensonges (tome 1)
Auteur : Anne B. Ragde
Editeur : Balland / 10/18
Date de publication : 2004 (VO), 2009 (VF)
Langue originale : norvégien (Norvège)
Genre : Contemporain — Saga familiale — Roman choral
Nombre de pages : 351
Prix littéraire : prix Riksmål
Date de lecture : décembre 2017
Mon avis : Très bon livre, 4/5, 💚💚💚💚

De la famille Neshov, propriétaires d’une ferme en Norvège, on rencontre d’abord le second fils, Margido, entrepreneur des pompes funèbres. On fait ensuite la connaissance d’Erlend, le cadet, homosexuel exilé à Copenhague où il réalise des vitrines et fait la collection de figurines Swarovski. Puis, nous entrons dans la vie de Tor, l’aîné, qui élève les cochons dans la ferme familiale où il vit avec sa mère, Anna, hyperactive et autoritaire, et son père, toujours sale et amorphe, qu’il évite de croiser. La dernière personne avec qui nous entrons en contact est Torunn, l’unique petite-fille du couple, assistante vétérinaire passionnée par le comportement canin. Lorsqu’Anna fait une attaque, toute la famille dispersée se retrouve à la ferme pour un réveillon de Noël très particulier.

Ce fut donc une lecture parfaite pour le début du Challenge Cold Winter, puisque l’intégralité de ce premier tome se déroule quelques jours avant Noël🎄 

On s’attache très vite aux personnages, même les plus détestables, qui ont quelque chose de touchant. Si j’ai pris le temps de vous les décrire brièvement au début de cet avis, c’est parce qu’ils m’ont marquée, chacun à leur façon. De son côté, l’intrigue met longtemps à devenir palpitante. Les 200 premières pages posent les bases d’une situation familiale difficile où les membres ne se parlent plus depuis des années, et on prend le temps de découvrir le quotidien de chacun d’entre eux avant de rentrer dans le vif du sujet.

Vif du sujet qui est d’ailleurs superbement annoncé par la première scène du livre en nous présentant une autre famille désemparée face à la mort de l’un des leurs. L’ambiance glaciale et morbide est posée, et elle nous suivra tout au long de ce récit magnifiquement écrit.

C’est un roman lent mais très immersif, qui plaira aux personnes qui aiment lire les récits d’atmosphères, la vie quotidienne, les relations humaines et les personnages bien campés.

Les problèmes de communication sont superbement mis en lumière dans ce premier tome et la fin, totalement inattendue, donne envie de se plonger immédiatement dans le second tome qui nous réserve probablement encore des surprises.

Une très belle découverte !

☃️ La société des jeunes pianistes, Ketil Bjørnstad, 443 pages, 💚💚💚💚

Titre : La société des jeunes pianistes (tome 1)
Auteur : Ketil Bjørnstad
Editeur : JC Lattès / Le livre de poche
Date de publication : 2004 (VO), 2006 (VF)
Langue originale : norvégien (Norvège)
Genre : Contemporain — Récit initiatique — Saga
Nombre de pages : 443
Prix littéraire : prix des lecteurs
Date de lecture : janvier 2018 (première lecture de l’année!)
Mon avis : Très bon livre, 4/5, 💚💚💚💚

Voilà une excellente lecture ! Encore une fois, je suis ravie par les choix de la box Exploratology, qui nous propose toujours des romans d’une immense qualité, à la fois humaine et littéraire.

Dans ce premier tome, nous suivons le destin d’Aksel Vinding, un adolescent norvégien qui décide de dédier sa vie à la musique. On traverse avec lui les conflits entre ses parents, les drames familiaux, la relation difficile avec sa sœur aînée, les amitiés nées d’une passion commune pour le piano, les différences de classe sociale, les premiers flirts, la pression immense portée par ces aspirants solistes, les premiers concours et les premières amours.

C’est un roman d’initiation, un récit d’adolescence qui nous livre magistralement les émotions vives, les espoirs, les obsessions, les drames et les tourments propres à cet âge de la vie où tout est a découvrir. Cet âge où il faut faire face à des choix déterminants, où des amitiés se forgent en même temps qu’un désir de liberté et une nostalgie de l’enfance. Le héros, un peu présomptueux, incarne parfaitement l’adolescent à la fois agaçant et attachant qui nous rappelle nos propres doutes, désirs et désillusions face à la vie qui s’ouvre devant nous.

Il y a, chez Ketil Bjørnstad, une grande finesse dans la psychologie des personnages. Grâce à cela et grâce à l’écriture fluide et à la narration chronologique, le roman se dévore à toute allure et donne envie de se plonger immédiatement dans les tomes suivants. C’est un roman prenant, du genre de ceux qui se lisent d’une traite tant les péripéties s’enchaînent, haletantes, tandis que le héros nous livre sa souffrance, entre trac à l’approche d’un concours et désir de revoir la jeune fille dont il est amoureux.

Quelques points négatifs, néanmoins : premièrement, j’ai beau avoir déjà visité Oslo (il y a longtemps, c’est vrai), j’ai eu un peu du mal à me représenter les lieux où se déroule l’intrigue car les descriptions sont trop succinctes.

Deuxièmement, j’ai vu venir certains rebondissements des pages à l’avance, ce qui est un peu dommage mais n’enlève rien à la qualité du roman car c’est la façon dont sont exposés les sentiments qui est plus importante que les péripéties. De plus, les retournements de situation sont nombreux donc il est impossible de s’ennuyer.

Un dernier point, bien plus anecdotique mais qui a dérangé l’hémétophobe qui sommeille en moi : le héros vomit tout le temps. Sérieusement, je n’ai jamais lu un roman où l’on parle de vomir plus de 6 fois en 450 pages ! J’ai trouvé que ce n’était vraiment pas nécessaire.

Pour conclure, ce roman met superbement en exergue la passion, les excès, les désirs, les obsessions et les tourments que peuvent provoquer d’une part la période de l’adolescence et d’autre part une puissante vocation artistique.

Ce livre plaira à ceux qui ont aimé l’ambiance de La balade de l’impossible d’Haruki Murakami, entre nostalgie profonde et sentiments amoureux exacerbés.

Et vous, vous connaissez la littérature norvégienne ?
J’espère que cet article vous a plu.
À bientôt !

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Publicités

Une réflexion au sujet de « [Challenge Cold Winter] Escapades en Norvège »

  1. Ping : [Challenge Cold Winter] Escapades dans les montagnes tibétaines | Rien de tel que…

Rien de tel que de laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s