Challenge Cold Winter 2016-2017 – le bilan (première partie)

cold_winter_challenge_5Bonjour à tous ! 🙂

Le mois de janvier est déjà bien entamé, alors je souhaitais vous faire un petit bilan de mes premières lectures du Challenge Cold Winter, qui se déroule du 1er décembre 2016 au 31 janvier 2017. Voici donc le bilan de mes lectures du mois de décembre et de ma première lecture de janvier.

Retrouvez ici mon article vous présentant ma Pile à Lire pour ce challenge. 😉

Déroulement du challenge

Les 1er et le 2 décembre, j’ai commencé mon challenge par la lecture d’une bande-dessinée et de son dossier historique, qui raconte la première ascension de l’Everest. Le 2 décembre, j’ai entamé La peau froide que j’ai dévoré très rapidement tant l’intrigue m’a plu. Partie sur cette bonne lancée, j’ai enchaîné avec le superbe roman graphique Blankets. Suite à cette lecture poignante et émouvante, j’ai mis quelques jours avant de me remettre à lire. Puis, j’ai commencé Dans les forêts de Sibérie de Sylvain Tesson, dont j’avais vu le film cet été. Avec les fêtes, j’ai eu moins le temps de lire et, un peu lassée par le manque de suspens de cette non-fiction (que je lisais donc très lentement mais qui, par ailleurs, me plaisait), j’ai lu, au tout début du mois de janvier, Le jour avant le lendemain, très court roman de Jørn Riel.


MON AVIS

 

Première lecture : Tenzing. Sur le toit du monde avec Edmund Hillary, bande dessinée historique qui nous emmène au sommet de l’Everest.

Titre : Tenzing. Sur le toit du monde avec Edmund Hillary
Auteur : Christian Clot et Jean-Baptiste Hostache
Editeur : Glénat (collection Explora)
Date de publication : 2013
Langue originale : français (France)
Genre : Bande-dessinée – Historique – Explorateurs – Récit de voyage

Il s’agit d’une BD très émouvante qui raconte l’histoire de la première ascension complète du plus haut sommet du monde en 1953. Comme dans toutes les BD de la collection Explora (éd. Glénat), il y a d’abord un récit de 48 pages sous forme de bande dessinée, puis un dossier d’une dizaine de pages qui raconte le contexte politico-géographico-historique avec des photos et des cartes, ainsi que des informations sur les différents protagonistes, et une bibliographie sélective pour en savoir plus sur le sujet.

J’ai adoré les dessins et la narration. On rentre facilement dans l’histoire et l’émotion nous emporte dès les premières pages. Ni trop long ni trop court, habilement dosé entre le récit des enjeux politiques et des enjeux personnels, cette BD m’a appris plein de choses. Tout au long de cette histoire, on se prend d’empathie pour Tenzing et ses camarades qui ont réussi à relever cet incroyable défi !

Le seul point négatif serait qu’il y a beaucoup de redites entre la BD et le dossier, ce qui peut être un peu lassant car tout est si bien mis en scène et expliqué dans la bande dessinée qu’on n’en a pas nécessairement besoin. Mais je pense que ce dossier richement illustré peut convenir aux esprits plus pointilleux qui ont besoin de noms, de dates, de cartes et de photos pour enraciner leurs connaissances.

Je vous la recommande ! 🙂


Deuxième lecture : La peau froide d’Albert Sánchez Piñol, récit fantastique teinté d’épouvante traduit de l’espagnol.

Titre : La peau froide (La pell freda)
Auteur : Albert Sánchez Piñol
Editeur : Babel
Date de publication : 2004
Langue originale : catalan (Espagne)
Genre : Roman – Aventure – Epouvante – Fantastique

Nous ne sommes jamais très loin de ceux que nous détestons. Pour cette même raison, nous pourrions donc croire que nous ne serons jamais au plus près de ceux que nous aimons.

Je lis rarement, voire jamais, des récits d’épouvante, mais le résumé de celui-ci me plaisait beaucoup, surtout que j’avais lu, quelques mois plus tôt, Une vie entre deux océans, un autre roman se déroulant dans un phare perdu au bout du monde. J’avais adoré l’ambiance du phare et le récit de la quasi solitude face à la nature parfois hostile et face au reste du monde. Même chose ici, si ce n’est que l’ambiance n’est plus au drame familial mais à la rencontre de deux hommes avec d’étranges créatures marines. Ce huis-clos d’aventure et de frissons est surtout un récit qui nous questionne sur notre rapport à l’altérité. C’est ce thème qui, au-delà du suspens haletant, m’a particulièrement plu. La peur de l’autre, l’ignorance, la lutte pour sa propre survie et les différences de caractère des protagonistes principaux portent le récit. Dérangeant, déroutant, percutant, angoissant, violent, ce n’est clairement pas le genre de livre que j’ai l’habitude de lire. Mais j’ai été totalement conquise !

Los monstruos simplemente son. Mi único enemigo tenía un nombre y se llamaba Batís Caffó.

Le roman sera adapté au cinéma cette année par Xavier Gens. J’ai vraiment hâte de voir le résultat !


Troisième lecture : Blankets, manteau de neige, roman graphique autobiographique de Craig Thompson, qui raconte sa jeunesse dans le Wisconsin, son désir de devenir artiste et, surtout, son premier amour.

Titre : Blankets, manteau de neige (Blankets)
Auteur : Craig Thompson
Editeur : Casterman
Date de publication : 2004
Langue originale : anglais (Etats-Unis)
Genre : Roman graphique – Récit initiatique – Romance – Autobiographie

Les thèmes abordés dans ce roman sont variés : harcèlement scolaire, fratrie, éducation catholique, divorce, handicap mental, adolescence, premier amour, relations à distance, souvenirs d’enfance et choix d’études. Certains me touchent personnellement, d’autres moins mais, contrairement à certains critiques qui disaient être passés à côté du roman car ils n’étaient pas touchés (par exemple) par la rudesse de cette éducation, j’ai été en empathie avec le personnage du début à la fin tant sa façon de raconter son adolescence sonne juste.

J’ai totalement et définitivement adoré ce livre. Chaque planche est une petite pépite aussi bien visuelle que scénaristique. Les découpages en cases sont inventifs, expressifs, et donnent du sens à l’histoire. Les émotions sont relatées tout en douceur, en poésie et en justesse. Le ton est bien choisi, chaque page est superbe. J’ai vraiment pris le temps d’observer les dessins pour m’imprégner de l’ambiance intime de ce récit alliant flash-back, rêves et souvenirs dans une narration très fluide. J’ai versé quelques larmes (ce qui m’arrive très rarement en lisant).

Un véritable coup de coeur dont je retiens surtout l’extrême justesse pour retranscrire les émotions.


Quatrième lecture : Le jour avant le lendemain de Jørn Riel

Titre : Le jour avant le lendemain (For morgendagen)
Auteur : Jørn Riel
Editeur : 10/18
Date de publication : 1998
Langue originale : danois (Dannemark)
Genre : Roman court 

Un court récit tragique superbement écrit, qui relate la fin de vie d’une vieille femme au Groenland. On suit une tribu Inuit, nomade, qui fait la transhumance entre son habitat d’hiver (de grandes maisons collectives) et son habitat d’été (des tentes au bord d’un fjord). Cette vieille femme, Ninioq, a une force de caractère extraordinaire et porte un amour sans limites à sa tribu, à sa famille et à son petit-fils, Manik, à qui elle apprendra à chasser, à pêcher et à naviguer à bord d’un kayak. C’est cette vie en communauté, où chacun à son rôle et où toutes les générations s’entraident et se soutiennent qui m’a particulièrement marquée. Au fil du roman, on découvre également la nature de la relation de ces insulaires au monde extérieur et aux représentations qu’ils se font de nos coutumes.

La vie était combat et mort, cruauté et angoisse, mélangés à une joie tout à fait inexplicable, la joie du simple fait de vivre.

J’ai adoré découvrir la plume de l’auteur et les traditions inuits qui nous semblent tellement étranges mais aussi très sensées au vu de leur mode de vie. Je me plongerai probablement dans la série des célèbres Racontars de Jørn Riel.

pal-en-cours-ccw

Avancée dans le challenge (dans mon bullet journal)

Je m’en vais donc me blottir sous un plaid pour
me replonger dans de nouvelles lectures hivernales. 

Et vous, que lisez-vous ?

Publicités

11 réflexions au sujet de « Challenge Cold Winter 2016-2017 – le bilan (première partie) »

  1. Ping : Challenge Cold Winter 2016-2017 – le bilan (deuxième partie) | Rien de tel que…

  2. Ping : [Challenge] Bilan du Week-end à 1000 | Rien de tel que…

  3. Ping : [Challenge] Bilan du Week-end à 1000 | Rien de tel que…

  4. Ping : [Challenge février 2017] Petit mois, petites lectures | Rien de tel que…

  5. Ping : [Avis lecture – Romans ] Escapades au Japon | Rien de tel que…

  6. Ping : [Avis lecture – BD ] Escapades au Japon | Rien de tel que…

  7. Ping : [Pile à Lire] Rien de tel que de participer au Challenge Cold Winter | Rien de tel que…

  8. Ping : [Challenge Cold Winter] Escapades en Norvège | Rien de tel que…

  9. Ping : [Challenge Cold Winter] Escapades dans les montagnes tibétaines | Rien de tel que…

Rien de tel que de laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s